Conte de Noël : BILOCHON



Il suait, il courait, il trébuchait, il tombait…et les cailloux  lancés sur lui par ces satanés gamins lui lacéraient le dos et aussi les pattes. Il pensait « en haut de la côte , je n’y arriverai jamais !…Tout à coup, il s’écroula, épuisé..C’était fini pour lui..Il le payait cher de s’être sauvé de la maison de son maître Eliezer, lui , Bilochon, qui n’était qu’un pauvre baudet.

Mais après six années de mépris et de coups de trique, il n’en pouvait plus ! Sans arrêt on se moquait de lui, de ses grandes oreilles, de sa façon de parler en disant « Hi han hi han ! » maintenant la bande de gamins approchait, on allait le lapider.

Soudain, dans un  grand cri, ils se sauvèrent tous, épouvantés. Une grosse bête , avec de grandes cornes, sortait de l’étable. C’était Nestor, le bœuf de maître Johanam ; pas méchant pour deux sous,, mais qu’il était impressionnant !. Il poussa un « Meuh » si puissant que les gamins  dégringolèrent la côte tout à fait terrifiés,

Dépêche-toi lui dit le bœuf  rentre donc espèce de…mais surtout ne dis rien .pas de hi han ici   silence regarde plutôt là dans le fond de l’étable   le baudet leva la tête et ouvrit un œil   il sursauta, dans un coin à l’ombre,il y avait debout un grand homme, fort comme Eliezer son maître ,Le pauvre animal, il tremblait de toutes ses pattes   sûrement que cet homme-là allait le dénoncer , le renvoyer et le mettre à la porte,

Il ouvrit son deuxième œil. Allongée près de l’homme, se tenait une femme  vraiment jolie, vraiment paisible avec un beau sourire  il sentit alors couler en lui une grande douceur comme si sur l’heure il allait savourer un fin bon  chardon de la montagne d’à coté.

N’aie pas peur, approche, lui dit Nestor. Ces gens-là sont comme toi ; ils ont du quitter leur maison,ils ne te feront aucun mal Allez approche, n’aie pas peur.

Maître Bilochon, lui dit l’homme -Tiens comment connaît-il mon nom de baudet, cet homme-là ?  -est-ce que vous pourriez nous faire la grâce de rester à  notre service ? – , Bigre, nom d’une pipe, on ne m’a jamais parlé ainsi. « Nous aurions besoin de votre aide pour transporter Marie  et son petit enfant. »

Ah, en voilà une histoire ,se dit-il en lui-même

Ce petit enfant, Bilochon ne l’avait jamais vu  si petit et caché dans la paille  jamais vu ça   se répéta le baudet Impensable ! Un enfant dans de la paille   pauvre petit il est pourtant si gentil  j’espère que lui , au moins, on ne lui jettera pas de  cailloux comme on l’a fait pour moi.

Bon, lui dit encore Nestor, tu ne vas pas rester là planté comme un sot. Tu ferais mieux de le réchauffer, ce petit marmot. Assieds toi et souffle oui, envoie lui ta chaleur comme tu peux,  non pas comme ça,  pas si fort, tout doucement   régulièrement , comme une brise de printemps qui arrive quand les vignes commencent à bourgeonner  là c’est mieux   Moi pendant ce temps je surveille la porte des fois que des soldats d’Hérode viendraient par ici

Bilochon était heureux comme vous ne pouvez pas imaginer qu’on puisse être heureux. Car  le petit enfant, doux  comme un p’tit Jésus, souriait , souriait, souriait tout plein Ah qu’il était beau ce petit enfant-là. Ce n’est pas lui qui le poursuivrait en riant et en se moquant de ses grandes oreilles de baudet.

Bilochon sentit tout d’un coup comme une grande paix intérieure qui descendait en lui

alors il se mit à chanter :  pas des hi han  comme à l’habitude non, mais une vieille chanson que sa grand mère lui avait appris quand il était plus jeune

« dors, min ptit quiquin, min  ptit pouchin, min gros rojin »

Nestor n’en revenait pas et ouvrait ses grands yeux de bœuf « mais qu’est-ce qui lui prend à Bilochon ?

L’enfant lui signe avec sa petite main ; viens ici, Bilochon, écoute ;  il lui caressa l’oreille puis il approcha sa bouche et lui  dit doucement d’une voix claire « merci, Bilochon tu es le plus beau  de tous les ânes que mon Père a faits , Bilochon, lui, n’y comprenait rien.   Ah non ne dis pas ça si tu savais comme j’étais malheureux chez mon maître Eliezer.

Je le sais , je le sais , alors,  est-ce que veux changer de vie et aller dans un pays où tous les enfants seront gentils avec toi ?

Bien sur, bien sur, mais pour moi, c’est impossible je ne suis qu’un pauvre baudet

Ferme les yeux et fais-moi confiance  demain matin tu seras bien loin d’ici

Clic clac ! Bilochon rouvrit ses deux yeux d’un seul coup Où est-il donc allé se  fourrer ? Tout autour de lui, il voyait plein d’enfants, surtout des blonds avec des yeux bleus ; non pas du tout comme ceux de son ancien patelin où ils étaient bruns avec des yeux noirs.

Et tous ces enfants souriaient de bon cœur  Oh qu’il est joli  Oui, vraiment beau  et puis, il n’a pas l’air méchant   Tu voudrais bien  dis, jouer un peu avec  nous ? Bilochon, écoutant ça, se mit debout en se redressant comme Artaban  « oh qu’il est costaud «  dirent ensemble tous les enfants

Et Bilochon pensa en lui même « ah si Nestor pouvait me voir  il serait si fier de moi  mais dites moi les enfants,où est-on ici ?

Les enfants en l’écoutant se mettent tous à rire   « comment tu ne sais pas ça ?

Mais non, répondit Bilochon  je ne sais rien !

Bin ça alors ! Lui dirent les enfants mais ici c’est Rousies

Rousies, rousies ? Jamais je n’ai entendu parler de ce pays

Qu’est-ce vous dîtes ? C’est le paradis des baudets   ? Ah bon alors en voilà une bonne raison pour ne plus m’en aller ailleurs

c’est entendu les enfants je vous le promets je reste ici avec vous

et je jouerai avec vous tous  et je vous promènerai sur mon dos et vous conduirai à l’école  et pour finir je chanterai pour vous de ma plus belle  voix  Hi Han Hi Han Hi Han

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *