Catégories
Madame Claudia

Je n’ai ni or ni argent


Pour écouter :


Actes des Apôtres, 3,6 : Pierre lui dit : « je n’ai ni or ni argent mais ce que j’ai ,je te le donne : au nom de Jésus Christ, le Nazaréen, levé-toi et marche »

Madame Claudia, vous nous avez dit l’autre jour que le pape François reprenait des expressions de saint Pierre. Qu’avez-vous voulu dire ?

Oui, quand le pape François est arrivé au Brésil pour les JMJ, il a déclaré : « Je n’ai ni or ni argent, mais ce que j ‘ai reçu je vous l ‘apporte »

Ce sont bien des mots de Pierre.

Allons à Jérusalem, tout près du grand temple. Près de la porte, celle qu’on appelle la Belle Porte, il y a des mendiants, encore plus qu’aux portes de nos églises aujourd’hui, parce que, en ce temps-là, il n’y a pas de sécurité sociale.

Parmi eux un homme handicapé qu’on apportait tous les jours. C’était pour lui un moyen de gagner un peu sa vie.

L’homme est donc là, il voit Pierre et Jean qui arrivent.

Ces gars-là n’ont pas l’air mauvais, certainement qu’ils vont me donner une petite pièce.

Il tend la main comme d’habitude.

J’avais raison, souvent les gens passent sans même me regarder, mais ces deux hommes-là s’arrêtent, ils me regardent.

Le plus âgé me dit : « Regarde-nous ! » Je les regarde, bien sûr. Ah, ils vont sûrement me donner quelque chose.

Mais au lieu de me dire : « Mon brave, voici de quoi manger »

Ils me disent : « De l’argent ou de l’or, je n’en ai pas »

Alors, là, c’est bien ma veine. Encore deux qui essaient se défiler. Ils auraient mieux fait de passer tout de suite comme les autres.

Pierre continue « Ce que j’ai, je te le donne »

Ah, qu’est-ce qu’il va me donner ?

« Au nom de Jésus-Christ, lève-toi et marche »

L’homme ne comprend rien, mais Pierre lui prend la main et le relève. Incroyable !

L’homme sent que ses pieds et ses chevilles se raffermissent.

Il n’en revient pas, il bondit, il marche. Il entre dans le temple, il gambade et loue Dieu. Voyez, Dieu m’a guéri, vous me reconnaissez.

Les gens sont stupéfaits, ils l’entourent, mais c’est bien lui, c’est le boiteux qui mendiait tous les jours.

Qu’est-ce qui s’est passé ? Ils regardent avec crainte. Jamais on n’a vu de pareilles choses.

Ils regardent Pierre et Jean : qui sont ces gens qui ont guéri le boiteux ?

Ce sont des hommes tout à fait ordinaires, avec des mains de travailleurs.
Certains demandent : « Comment ont-ils fait ? »

Il paraît qu’ils ont dit : « Au nom de Jésus-Christ »

Jésus-Christ ?

Ce n’est pas celui que les chefs ont mis à mort sur une croix, il n’y a pas longtemps ?

Mais oui, ce Pierre, je l’ai entendu dire que Jésus était vivant. C’est incroyable !

Le plus fort est que ce Pierre soutient mordicus qu’il dit vrai. Il répète sans cesse : « Nous en sommes témoins »

Dans la foule, quelques-uns doutent : « Témoins en paroles, c’est facile »

D’autres répondent : « Le témoignage de ce Pierre est vrai. Ce ne sont pas des mots uniquement, mais des actes! »

Comment cela ?

Mais oui, quand il parle, il raconte que Jésus n’arrêtait pas de guérir les malheureux, il était la bonté même, il donnait la vie là où tout paraissait mort, il raconte aussi que la Vie a été plus forte que la mort et qu’il est Vivant.

Et maintenant, voilà que Pierre à son tour, se met à faire la même chose, à redonner la vie à ce mendiant.

Et nous, que pouvons-nous faire pour aider les boiteux d’aujourd’hui ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.