Catégories
Mamie Gisèle

La parabole de la brebis perdue ou le chat perdu



Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 15,1-10

Les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l’écouter. Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui: «Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux!» Alors Jésus leur dit cette parabole: «Si l’un de vous a cent brebis et en perd une, ne laisse-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller chercher celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il la retrouve? Quand il l’a retrouvée, tout joyeux, il la prend sur ses épaules, et, de retour chez lui, il réunit ses amis et ses voisins; il leur dit: “Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé ma brebis, celle qui était perdue!”
«Je vous le dis: C’est ainsi qu’il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de conversion.
«Ou encore, si une femme a dix pièces d’argent et en perd une, ne va-t-elle pas allumer une lampe, balayer la maison, et chercher avec soin jusqu’à ce qu’elle la retrouve? Quand elle l’a retrouvée, elle réunit ses amies et ses voisines et leur dit: “Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé la pièce d’argent que j’avais perdue!”
« De même, je vous le dis: Il y a de la joie chez les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se convertit.»


Les gens sont méchants.

Hier à une réunion quelqu’un m’a dit :

-Madame, vous êtes bien bête de passer votre temps à saint Vincent de Paul. Je ne vois vraiment pas pourquoi ça vous plait autant. Ces gens-là n’ont qu’à travailler, je suis sur qu’ils ne vous disent même pas merci.

Si ça me plait, bien sûr que ça me rend heureuse.

Tenez, vous savez ce qui est arrivé à ma voisine avant-hier ?

Je vais lui dire bonjour, j’arrive à sa maison et j’entends des cris, des éclats de rire, avec ses copines du quartier quelle joie !

Qu’est-ce qui se passe ? Vous avez gagné le gros lot ?

Mieux que ça, j’ai retrouvé mon chat, c’est Pierrot le petit garçon de Paulette qui l’a retrouvé. Ah c’est formidable !

Le chat, le chat, en moi même je me dis, ce vieux et sale chat, rachitique, à moitié aveugle !

Je sais, je sais, elle y tient à son chat. C’est celui de son mari qui est mort il y a déjà 4 ans.

Cela fait trois jours qu’elle parcourt tout le quartier : vous n’avez pas vu mon chat ?

Oui, le voilà tout mouillé, ébouriffé, du sang sur les poils, les oreilles déchirées par les matous du coin.

Il y avait de quoi rire, tant de peine pour un miséreux chat perdu, mais je n’ai pas ri.

Je ne pouvais pas rire d’un cœur aussi tendre, au contraire.

Il y a des gens qui se donnent bien du mal pour rafler l’argent des pauvres, quitte à les écraser encore plus, mais elle, elle s’est donnée du mal, pour une bestiole qui ne pouvait montrer que sa détresse.

Comme disait le pape François, un cœur miséricordieux, un cœur qui est ému par les miséreux, c’est ce cœur-là qui est dans la joie..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.