les voleurs dans la maison

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 24

Ah ma bonne Ernestine, si tu voyais les dégâts, j’ai été cambriolée.  Ma fenêtre brisée, les meubles renversés, et mes papiers envolés, ces voyous m’ont tout pris, tout saccagé. Pourtant il y avait une affiche vigie pirate. C’est comme si maison s’était effondrée. Tu te rends compte : un mois avant Noël !  j’avais bien prévu une belle fête avec les enfants avec plein de jouets. Fini, tout cela !

Ma pauvre Christine, quel choc pour toi ! Ce sera un bien triste Noël, c’est vrai. Mais laisse moi te redire ce que tu m’as dit l’autre jour, tes inquiétudes, les tensions avec ta belle fille, les jalousies, les cousins qui ne se parlent plus. C’est bien plus dangereux qu’un cambriolage et qu’une fenêtre brisée. Tu avais peur que la famille s’écroule, que tout se disloque

Tu veux un conseil ? regarde du côté de Noël. Marie et Joseph avaient des raisons de se  lamenter dans la crèche. Or, c’était tout le contraire, c’était  la paix, la simplicité, le bonheur vrai, du solide quoi.  Cela tu ne le trouve probablement pas dans un supermarché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *